The Blog

Avec Audencia – SciencesCom, Transition Positive fait sa première télé !

De septembre à décembre, douze étudiants de l’école Audencia – SciencesCom, accompagnés par le journaliste Denis Vannier, ont participé à l’enregistrement d’un mag’ télé sur la Transition Positive, en partenariat avec Open Odyssey. Une première, tournée dans les conditions du direct, qui suscite l’envie d’en réaliser d’autres… Retrouvez ci-dessous l’émission complète.
wp_20161205_19_42_24_pro

Jeanne-Lore (à gauche) et Emilie (à droite) ont endossé le rôle de présentatrices.

Lundi 5 décembre dernier, les étudiants en cycles Bachelor et Mastère n’ont eu que quelques pas à faire pour rejoindre le plateau de Télé Nantes, dont les locaux sont abrités au sein de l’école nantaise de la communication et des médias. La chaîne de télévision locale, partenaire de l’opération, a pour l’occasion mis à disposition ses installations, lumières, micros et caméras.

Il est bientôt 20h10, heure prévue du lancement de l’émission quand Raphaël, l’étudiant en charge du scripte, lance : « Silence plateau. Générique dans 10 secondes. » Sous les projecteurs et sur fond vert, les visages jusqu’ici rieurs d’Émilie et Jeanne-Lore, les deux étudiantes présentatrices, se tendent légèrement. Leurs yeux se tournent vers la caméra. Le tournage commence, le sourire aux lèvres…

– Bonjour à tous et bonjour Émilie !
– Bonjour Jeanne-Lore et bienvenue dans la Transition Positive !
– Mais Émilie, c’est quoi au juste la Transition Positive ?
– La Transition Positive donne la parole aux jeunes, notamment les étudiants, porteurs d’idées, afin de produire le changement de demain et faire remonter ces bonnes idées auprès des grands décideurs…

C’est parti pour 12 minutes d’émission. Un condensé très rythmé. Entre le reportage terrain mettant en scène une manif anti-écologie et l’entretien avec l’invité plateau du jour (Timothée Franc, un des piliers de Pitch2Kids), on retrouve les autres grands classiques du « JT » : le sujet politique, la chronique (décalée) et l’interview.

Voir l’émission :

Après dix semaines de travail, le résultat est certes perfectible, techniquement notamment, mais l’ensemble est « très satisfaisant » des dires de Denis Vannier, le journaliste qui a animé l’atelier. Même satisfaction dans les rangs d’Open Odyssey. Pierre Ninville, qui a accompagné le projet pour l’association, réfléchit même déjà à un « épisode 2 » !

RÉACTIONS :

Céline, étudiante – journaliste : « C’est un gros projet qui a demandé beaucoup d’investissement. On a eu la chance d’échanger avec des acteurs experts de la Transition Positive. C’était parfois intimidant… Avec la manif contre-écolo, on a choisi de partir à contre-pied, en jouant sur le côté moralisateur. Résultat, on s’est un peu pris la honte ! (Rires.) On a voulu interpeller des gens dans la rue pour les faire réagir, mais ils n’ont pas osé parler. Au-delà de ça, ça aura été une belle expérience, qui, personnellement, m’aura ouvert les yeux sur l’écologie. »

Émilie, étudiante – présentatrice : « Il nous a semblé judicieux de présenter à deux l’émission avec Jeanne-Lore pour que ce soit plus dynamique. On a travaillé tous les lundis soir depuis septembre. Le plus dur c’est de ne pas regarder ses notes, d’arriver à se détacher du texte sans trop s’en éloigner, d’être le plus naturel possible. Denis (Vannier) nous a bien guidées. C’est un bon exercice de concentration et ça nous amène à être plus sûres face caméra. J’ai pu toucher du doigt le métier de journalisme que j’aimerais exercer plus tard. »

Denis Vannier, journaliste – animateur de l’atelier : « On a eu un peu de mal à lancer le projet, mais la conception éditoriale d’une émission c’est compliqué ! Il a fallu du temps aux étudiants pour assimiler le thème imposé. L’accompagnement d’Open Odyssey a été très important pour les aider à appréhender le sujet. Je pense que ça leur permet d’avoir un regard plus précis sur le développement durable et le rôle de leur génération face aux enjeux de demain. La principale difficulté aura été le temps. On en a manqué pour étudier plus en profondeur les techniques de tournage et de montage. Mais ce qu’ils ont réalisé éditorialement est intéressant. Vu les contraintes, le bilan est très satisfaisant. »

Clélia, étudiante – rédactrice en chef : « Ma mission était de répartir les rôles, de suivre le travail de chaque équipe, de vérifier qu’on était dans les temps, de collaborer avec les graphistes pour la réalisation des génériques de début et fin… Bref, c’était très complet et ça m’a plu ! Grâce à Open Odyssey, on a eu la chance de se rendre sur des événements comme le « Climate Chance » ou « Demain et après ». Le sujet m’a beaucoup intéressé, découvrir des techniques, aller sur le terrain, faire des rencontres… Si c’était à refaire, je pense qu’il faudrait juste un groupe plus restreint. »

Pierre Ninville, accompagnateur du projet pour Open Odyssey : « J’ai trouvé les étudiants très motivés, en demande, malgré quelques coups de stress. C’est un super projet qui nous a animés pendant dix semaines, tous les lundis soir. Je suis content du résultat final. Certains des étudiants sont prêts à repartir pour un deuxième épisode. Pourquoi pas dès janvier ? On réfléchit à un nouveau projet, construit sur la base du volontariat, avec un groupe réduit, sur une durée limitée et autour d’un sujet resserré. »

Tags: , , , , ,